Musée Rural Jurassien

Les Genevez

Accueil

Infos pratiques/Historique

Manifestations

Détail de quelques pièces

Galerie photo

Repas et apéros

Deutsch

 

 

Heures d’ouverture:
de mai à octobre
tous les dimanches
de 14h00 à 17h00

Des visites guidées pour groupes dès 6 personnes sont possibles toute l'année.
Contacter:

032 484 00 80

info@museerural.ch

Trouvez le musée sur un plan

Site Web par Sara Schneider
Récipient métallique
Ecurie
Boule d'horloger
Salle à manger
Détail machine
Harnais
Niches voutées
Engin de levage
Toit de bardeaux sous la neige
Vaisselle du 19e siècle

Détail de quelques pièces

Cuisine est

Cuisine Est

Avec un sol en terre battue et un âtre avec potence et crémaillère, elle apparaît dans son état presque originel du début du 16e siècle. Elle est couverte d'une grande voûte en pierre où on fumait la viande (jambons, saucisses, fiosses de lard, etc.) suspendue à des perches. En l'absence de cheminée, la fumée s'échappait par la grange au travers des rondelats sur lesquels étaient entreposées les céréales finissant de sécher en attendant le battage.

La cuisine renferme de la vaisselle du XIXème siècle et divers ustensiles domestiques. De la cuisine, véritable carrefour stratégique de la maison, on accède directement  à la gueule du four à pain, à l'écurie, aux chambres, à la grange, à la cave et à l'extérieur.


Chambre atelier d'horloger

établi d'horloger à la fenêtreCette pièce était à la fois la chambre à coucher et de travail de Léon Voirol (1900-1997), paysan horloger. Il travaillait « à la fenêtre » et faisait surtout du terminage, il assemblait les mouvements ou les emboitait  à son établi.  Sur son établi, un quinquet, lampe d’horloger, des années 1930. En 1905, le village comptait 700 habitants (525 en 2011) dont une centaine d’horlogers travaillant à leur compte, inscrits au registre suisse de l’industrie horlogère.

Derrière le quinquet, des cartons de mouvements qu’il allait chercher le samedi à Tramelan chez les établisseurs qui distribuaient le travail des horlogers à domicile. Léon Voirol  rapportait les pièces terminées et emportait le travail de la semaine suivante.

 

Le bois, les bardeaux

Le bois, les bardeauxLe bois était mis à disposition des habitants par la commune pour construire ou réparer les maisons, mais sur pied !

Les travaux du bois étaient très importants et étaient réalisés avec attention, car la situation à l’époque était à l’inverse d’aujourd’hui, la main d’œuvre était bon marché, mais le bois était rare et cher. Le musée possède de nombreux outils pour travailler le bois, ainsi que des objets et outils réalisés par les paysans eux-mêmes pour leurs travaux.

Les bardeaux ou échandelles qui couvrent le toit, près de 40'000, sont faits en épicéa, ils étaient souvent réalisés par les paysans eux-mêmes à temps perdu.

 

 

 


 

L'écurie

L'écurieL'écurie est au centre de la maison, plusieurs de ses parties datent de la construction. Elle était située sous le pont de grange intérieur, ce qui permettait d'affourager le bétail en laissant tomber le foin par des ouvertures directement dans les râteliers.

Les étables étaient régulièrement blanchies à la chaux pour les désinfecter et leur redonner un peu de lumière, celle du musée est encore dans l'état de la dernière intervention. Dans les stalles,  sont présentés les divers métiers alors pratiqués par les paysans (cordonnier, bûcheron, charpentier etc.).

 


La charpente

charpenteLa charpente constitue à elle seule déjà un objet d’intérêt majeur. Elle est une des dernières dans le Jura permettant d’observer le mode de construction de cette époque. L’ensemble de la charpente repose sur des colonnes en bois. Les murs extérieurs du bâtiment ne sont pas porteurs, d’où l’absence de panne sablière. Les chevrons ne sont pas fixés sur les poutres, mais simplement posés et retenus à l’aide de grosses chevilles. Le bois de la charpente date de la construction du bâtiment, et est en parfait état de conservation grâce au « goudronnage » assuré par le passage de la fumée provenant de la cuisine.